moquerie

moquerie [ mɔkri ] n. f.
• 1272; de moquer
1Action, habitude de se moquer. ironie, raillerie. « La moquerie est souvent indigence d'esprit » (La Bruyère).
2Une, des moqueries : action, parole par laquelle on se moque. ⇒ impertinence, lazzi, persiflage, plaisanterie, quolibet, raillerie, sarcasme. « les moqueries reprenaient leur train et [...] Melchior était la risée de la ville » (R. Rolland).
⊗ CONTR. Admiration, flatterie, respect.

moquerie nom féminin Action ou habitude de se moquer : Être en butte à la moquerie de ses camarades. Action, parole par lesquelles on raille ; raillerie : Exciter les moqueries de son entourage.moquerie (citations) nom féminin Pierre Reverdy Narbonne 1889-Solesmes 1960 Esprit moqueur, petit esprit. La moquerie est la fiente de l'esprit critique. En vrac Éditions du Rochermoquerie (synonymes) nom féminin Action ou habitude de se moquer
Synonymes :
Action, parole par lesquelles on raille ; raillerie
Synonymes :

moquerie
n. f.
d1./d Action de se moquer. être enclin à la moquerie.
d2./d Parole, action par laquelle on se moque. Accabler qqn de moqueries.

⇒MOQUERIE, subst. fém.
A.Au sing. Disposition habituelle à se moquer (de quelqu'un), à railler. Synon. gouaille (fam.), ironie, raillerie. La moquerie a cela de redoutable qu'elle rend ridicules ceux dont on se moque (ALAIN, Propos, 1913, p.159). V. aussi moqueur ex. 2:
1. — Ne vous moquez pas de moi! — Et pourquoi non, Monsieur Pasquier? Mon père dit toujours que la moquerie est un très précieux excitant, qu'elle nous force, mieux que le reproche, aux examens de conscience.
DUHAMEL, Combat ombres, 1939, p.23.
SYNT. Moquerie et dédain/dérision; accent, air, esprit, expression, goût, lueurs, sourire, ton de moquerie.
B.P. méton., au sing. ou au plur. Action ou parole moqueuse. Synon. brocard, pointe, quolibet, sarcasme. L'amour-propre la retenait, et la crainte d'une moquerie (GONCOURT, Journal, 1853, p.120). C'était l'époque où je t'accablais de mes moqueries, où je m'acharnais à te mettre en contradiction avec tes principes (MAURIAC, Noeud vip., 1932, p.120):
2. Il fut terrible de moquerie, de taquineries de toutes sortes. — Moi, dit-il, je croyais que tu coucherais dans un confessionnal, cette nuit... (...) Pendant tout le dîner il trouva des plaisanteries de ce goût.
ZOLA, Conquête Plassans, 1874, p.984.
SYNT. Moquerie(s) et brimades, huées, humiliations, injures, insultes, outrages; moquerie(s) et fanfaronnades, rires; être exposé, indifférent, insensible, sourd à la moquerie; être un objet, une occasion, un sujet de moquerie(s); provoquer, susciter la moquerie; les moqueries fusent; moquerie(s) affectueuse(s), amicale(s), cruelle(s), douce(s), tendre(s); moquerie(s) fine(s), franche(s), innocente(s), légère(s), lourde(s), sourde(s), spirituelle(s).
C.Vx. Chose absurde qui ne peut être prise en considération, au sérieux. Synon. absurdité, dérision, duperie, plaisanterie. Les hommes voulant avec sincérité la liberté des suffrages doivent (...) se réunir pour mettre fin à des scandales qui feroient de notre gouvernement représentatif, une véritable moquerie (CHATEAUBR., Polém., 1818-27, p.40). Le métier de poète est une moquerie; On ne vit pas ainsi d'oisive rêverie (POMMIER, Crâneries, 1842, p.18).
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1275 «action, parole par laquelle on se moque» (ADENET LE ROI, Buevon de Conmarchis, éd. A. Henry, 884); 2. 1280 «action, habitude de se moquer d'autrui, raillerie» (Clef d'Amour, éd. A. Doutrepont, 1235); 3. 1280 «absurdité, chose que l'on ne peut considérer sérieusement» (ibid., 1320). Dér. de moquer; suff. -erie. Cf. en anc. fr. moquement «moquerie, raillerie» att. du début XIIIe s. (Comm. s. les Ps., Richel. 963, p.186b ds GDF.) à ca 1500 (Therence en franç, f°207d, Verard, ibid.) et moqueis «id.» 1225-30 (GUILLAUME DE LORRIS, Rose, éd. F. Lecoy, 2079). Fréq. abs. littér.:483. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 742, b) 603; XXe s.: a) 678, b) 689.

moquerie [mɔkʀi] n. f.
ÉTYM. 1272; le sens 3 est antérieur; de (se) moquer.
1 (La moquerie). Habitude de se moquer; fait de se moquer. Ironie, raillerie (→ Gouaille, gouaillerie).Rare. || La moquerie de qqn (à l'égard de qqn) par qqn. || La moquerie de qqn, à l'adresse de qqn.Cour. (emploi absolu). || Digne de moquerie. Risible. || L'injure, l'injustice, la moquerie (→ Âme, cit. 60). || La moquerie et le dédain (→ Blessure, cit. 7). || « La moquerie est (cit. 37) souvent indigence d'esprit » (La Bruyère).
1 La moquerie est une des plus agréables et des plus dangereuses qualités de l'esprit : elle plaît toujours, quand elle est délicate; mais on craint toujours aussi ceux qui s'en servent trop souvent. La moquerie peut néanmoins être permise, quand elle n'est mêlée d'aucune malignité, et quand on y fait entrer les personnes mêmes dont on parle.
La Rochefoucauld, Réflexions diverses, 16.
2 (Fin XIIIe). || Une, des moqueries. Action, parole par laquelle on se moque. Affront, attaque, boîte (mise en), brocard (vx), dérision, gausserie (vx), impertinence, lazzi, nez (pied de), persiflage, plaisanterie, pointe, quolibet, raillerie, ricanement, satire. || Exciter les moqueries de la foule. Risée, spectacle (servir de). → Attaquer, cit. 35.
2 Il savait que, dès qu'il était sorti, les moqueries reprenaient leur train et que Melchior était la risée de la ville.
R. Rolland, Jean-Christophe, Le Matin, I, p. 132.
3 (Déb. XIIIe). Vx. Action, parole absurde qui ne mérite pas d'être prise au sérieux. Absurdité, plaisanterie.
3 Allez, encore un coup, c'est une moquerie,
Et votre lâcheté mérite qu'on en rie.
Molière, les Femmes savantes, II, 9.
CONTR. Admiration, flatterie, respect.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • moquerie — Moquerie. s. f. Paroles ou actions par lesquelles on se moque. Moquerie maligne. moquerie outrageuse. il fut expose aux insultes & aux moqueries des soldats. Il signifie plus ordinairement, Chose absurde, chose impertinente. C est une moquerie de …   Dictionnaire de l'Académie française

  • moquerie — (mo ke rie) s. f. 1°   Action de se moquer. •   C est une chose bien remarquable sur ce sujet, que, dans les premières paroles que Dieu a dites à l homme depuis sa chute, on trouve un discours de moquerie et une ironie piquante, selon les Pères,… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • MOQUERIE — s. f. Paroles ou actions par lesquelles on se moque. Moquerie maligne, outrageuse. Il fut exposé aux insultes et aux moqueries de la multitude.   Il signifie plus ordinairement, Chose absurde, chose impertinente. C est une moquerie que de vouloir …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • MOQUERIE — n. f. Action de se moquer. Il se dit aussi des Paroles ou des actions par lesquelles on se moque. Moquerie maligne, outrageuse. Il fut exposé aux insultes et aux moqueries de la multitude …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • moquerie — nf., raillerie, gouaillerie, persiflage, sarcasme, quolibet, plaisanterie : moka (Saxel), MOKèRI (Albanais | Thônes), mokrandri (Arvillard.228), mokyèy (Peisey), motyéri (Montagny Bozel) ; gwâlyayzon, baleurdiza (228) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • moqueur — moqueur, euse [ mɔkɶr, øz ] adj. et n. • v. 1180; de moquer 1 ♦ Qui a l habitude de se moquer, qui est enclin à la moquerie. ⇒ blagueur, 1. caustique, facétieux, frondeur, goguenard , gouailleur, persifleur, pince sans rire. « La vraie femme est… …   Encyclopédie Universelle

  • IRONIE — Figure de rhétorique et forme de plaisanterie, l’ironie se situe d’emblée dans un champ intentionnel par l’implicite qu’elle renferme et qui détermine sa propre condition d’existence. Si elle consiste communément à faire entendre à… …   Encyclopédie Universelle

  • risée — 1. risée [ rize ] n. f. • 1165; de 1. ris 1 ♦ Vx Rire bruyant de plusieurs personnes qui se moquent. 2 ♦ Mod. Moquerie collective envers une personne (dans quelques expr.). Être un objet de risée. ⇒ ridicule, risible. S exposer à la risée du… …   Encyclopédie Universelle

  • dérision — [ derizjɔ̃ ] n. f. • XIIIe; bas lat. derisio, de deridere « se moquer de » 1 ♦ Mépris qui incite à rire, à se moquer de (qqn, qqch.). ⇒ dédain, ironie, mépris, persiflage, raillerie, 1. risée, sarcasme. Dire qqch. par dérision. Rire, gestes de… …   Encyclopédie Universelle

  • ridicule — [ ridikyl ] adj. et n. m. • 1500; lat. ridiculus, de ridere « rire » I ♦ Adj. 1 ♦ De nature à provoquer le rire, à exciter la moquerie, la dérision. ⇒ risible; dérisoire. Par ext. (l idée de rire disparaissant) Très mauvais, d une insignifiance… …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.